Archives pour la catégorie Non classé

Quand un musulman occident rencontre un musulman Africain …

Un islam et trois musulmans

 

L’âme qui repose sur l’amour du Créateur et de toutes ses créatures… la pure tout aussi bien que l’impure !
Elle est tout simplement intelligente, divinement intelligente.
L’âme du troisième musulman qui ne vous demande pas de lire son LIVRE mais de chercher avec lui, une autre raison de vivre que celle qui divise l’homme avec l’homme. UNE RAISON, PAS DEUX… Que même les mécréants appellent Dieu.

L’Orgueil … outil de l’égo

L'Orgueil ... outil de l’égo

L’orgueil est un des outils de l’égo …

Vous avez beaucoup de mal à le percevoir, à le voir et à l’entrevoir …

L’orgueil vous mène dans sa danse depuis la nuit des temps …

L’orgueil est un des traits de caractère de la personnalité humaine.

L’orgueil est une forme d’égocentrisme directement lié à un sentiment d’infériorité ou de supériorité.

L’orgueil est composé de multiples facettes : vanité, arrogance, inefficience… liées à l’ignorance.

Les aspects en sont difficiles à découvrir, car leurs expressions vont des plus grossières aux plus subtiles.

On dit que l’orgueil bande les yeux …  Vous rappelez-vous le jeu  de colin-maillard … ?

Vous bandiez vos yeux et vous étendiez les bras vers une personne, la touchant de vos mains afin de la découvrir …  Vos mains posées sur elle, vous essayiez par des indices de reconnaitre les traits de son visage,  afin de la nommer …

Vous pouvez faire de même pour découvrir les traits de l’orgueil, lorsqu’il vous cache les yeux afin de vous empêcher de voir ce qui vient à vous …

Jouez à colin-maillard avec l’orgueil, amusez-vous à le découvrir dans toutes ces facettes …

Grandes seront vos surprises …

Paroles reçues de l’Akasha.

Jacques Antonin : Nourrir notre âme

Un être qui à su faire la synthèse (Emile Pinel, jacqueline Bousquet et bien d’autres études des champs morphogénétiques) de bien des travaux, sur la vie elle-même son fonctionnement avec une grande humilité et néanmoins de grandes connaissances sur les cycles du vivant, le fonctionnement d’un corps humain par delà les apparences…Un grand homme, de grandes connaissances, une compréhension des mécanismes subtils de notre monde visibles et invisibles

 

Philippe Cornu – Le bricolage spirituel, soyez zen ou le bouddhisme instrumentalisé

Pour changer un peu de l’islam, des cathos et des juifs, une intervention intéressante de Philippe Cornu sur l’instrumentalisation du bouddhisme en Occident. Loin de la sclérose fondamentaliste et de la bouillie syncrétiste. Je renvoie à « La Doctrine de l’Éveil » d’Evola, à Coomaraswamy ou aux livres de Suzuki sur le bouddhisme zen.

 

https://vimeo.com/75001105

Avez-vous déjà réfléchi ?

Avez-vous déjà réfléchi sur le fait que vous n’existiez pas avant votre conception et votre naissance et que malgré cela vous êtes parvenus à surgir du néant?
Avez-vous déjà réfléchi sur pourquoi les fleurs que vous voyez dans votre salon chaque jour et qui proviennent de la terre noire et boueuse sont si parfumées et si colorées?
Avez-vous déjà réfléchi sur comment les moustiques qui volent autour de vous d’une façon si désagréable bougent leurs ailes à une vitesse telle que vous ne pouvez même pas les voir?
Avez-vous déjà réfléchi sur la protection dont bénéficient les fruits comme la banane, la pastèque, le melon ou l’orange grâce à la peau qui les recouvre et comment ils sont enveloppés à l’intérieur de celle-ci de sorte qu’ils conservent leur goût et leur parfum?
Avez-vous déjà réfléchi sur la possibilité que pendant votre sommeil, un brusque tremblement de terre détruise votre maison, votre bureau ou votre ville et qu’en quelques secondes vous perdiez tout ce que vous possédiez?
Avez-vous déjà réfléchi à la rapidité avec laquelle votre vie passe et sur la manière dont vous allez vieillir, vous affaiblir et perdre lentement votre beauté, votre santé et vos forces?
Avez-vous déjà réfléchi au jour où vous aurez devant vous les anges de la mort envoyés par Dieu qui vous signifieront que vous allez quitter ce monde?
Avez-vous déjà réfléchi sur la raison pour laquelle les gens sont tellement attachés à cette vie qu’ils quitteront pourtant si rapidement, alors qu’en réalité, ils devraient s’attacher à œuvrer pour l’Au-delà?
L’homme est un être à qui Dieu a accordé la capacité de penser mais la plupart des gens n’emploient pas cette faculté très importante comme ils le devraient. Certaines personnes ne réfléchissent en effet presque jamais.
En vérité, l’homme possède une aptitude à réfléchir dont il est souvent inconscient. Une fois qu’il se met à utiliser cette capacité, des éléments dont il ne pouvait pas se rendre compte jusque-là se révèlent alors à lui. Plus il s’interroge, plus son raisonnement s’améliore et cela est possible pour tout le monde. Il faut juste prendre conscience de la nécessité de réfléchir et fournir les efforts adéquats pour y parvenir.

(Yahya)

Les athés au paradis……

Bush contre Ben Laden, les rabbins contre les muftis, les sikhs contre les hindous et Moqtada contre tout le monde : Malraux avait raison, le XXIe siècle s’annonce bel et bien religieux. Interrogé par nos soins sur cet étonnant retour du sacré, le Père Éternel a poussé un long soupir en secouant son auguste crinière.

- Tout cela m’épuise, je n’en demandais pas tant. Laissez-moi souffler, que diable ! Et puis, ils me font un peu honte, certains de mes fans.

Prenez ces chiites qui se flagellent jusqu’au sang.
Mais je ne leur ai rien demandé, moi, ça m’écoeure, toute cette hémoglobine répandue sans rime ni raison. Et que dire de ces grands nigauds d«évangélistes ? Je les regarde, accablé, alors qu’ils hululent, les bras vibrants tendus vers les nuages. J’ai l’impression qu’ils sont en train de dévisser des ampoules imaginaires : mais non, c’est à Moi qu’ils s’adressent. Vous avouerai-je que j’ai parfois envie de me mettre aux adorés absents ?

- Vous manqueriez aux footballeurs…

- Je déteste le football ! Qu’est-ce que c’est que ces vingt-deux manchots surpayés qui s’obstinent à taper dans un ballon qui ne leur a rien fait ? C’est grotesque ! Et quand ils marquent un but, comme ils disent, ils pointent un doigt vers le Ciel et m’accusent d’en être le responsable. Mais non, mais non, je démens formellement.

- Les hommes politiques…

- Je vous arrête. De qui parlez-vous ? De ceux qui vont à la messe ou à La Mecque sous l’oeil des caméras ? Je croyais pourtant avoir été clair, dans la Bible et dans le Coran : tout cela doit être fait discrètement, sinon, ça ne compte pas, c’est juste de l’esbroufe. Je vais vous faire un aveu : quand je vois ces tartufes hanter les églises ou les mosquées juste avant les élections, je me prends parfois d’affection pour les athées…

- Horreur et malédiction !

- Si, si. Me croyant mort depuis Nietzsche, ces lascars me fichent une paix totale. Tenez, à chaque fois que les Bush ou les Ben Laden m’embrigadent d’autorité dans leurs folies criminelles, je me console en pensant aux athées. Eux au moins ont le courage d’assumer leurs actions comme des grands, sans se réfugier derrière mes jupes. Je le disais encore l’autre jour à saint Pierre, pendant la pause : Pierrot, si on ouvrait grand les portes d’Éden aux mécréants ?

- Mais, Votre Immensité, c’est inconcevable. Les athées au Paradis ?

- Et alors ? Si j’ai envie de faire un caprice ? Relisez le Coran : Dieu est capable de tout (sourate II, verset 20).

Par Fouad Laroui

Mercy Halal – La miséricorde de l’abattage rituel islamique

Cette vidéo présente la puissance du nom de Dieu invoqué sur une bête avant son sacrifice. La méthode islamique d’abattage des animaux est l’objet de nombreuses critiques. La vidéo prouve que cette méthode est non seulement agrée par le Créateur, mais aussi humaine, miséricordieuse et acceptée des animaux.

En espérant que cela soit source d’inspiration pour les acteurs du Halal en France.

 

http://www.dailymotion.com/video/xjjkd7

Islam – Salat Al-’Aïd ·~•º♡♥˚* ‘Aïd Mûbarak *˚♥♡º•~·

as salamû ‘alaykûm wa rahmatûLLahi wa barakatûh!
‘Aïd mûbarak Sayd!
TaqabbalaLLahû mina wa minkûm wa ghafara lana wa lakûm

Que le Salut, la Paix, la miséricorde d’ALLAH et Sa Bénédiction soit sur vous!
Joyeuse fête de l’Aïd
Qu’ALLAH accepte mes oeuvres (pieuses) et les vôtres et que Son Pardon soit sur moi ainsi que sur vous

 

http://www.dailymotion.com/video/xba6sb_islam-salat-alaid-yyyy-aid-mubarak_lifestylehttp://www.dailymotion.com/video/xba6sb

sur l’egalité dans l’heritage

Fellag, l’humoriste algérien, avait dit un jour : « Quand on est au fond du trou, on ne peut que remonter. Les Algériens, quand ils sont au fond du trou, continuent de creuser… » On est tenté de le paraphraser en disant que, quand une brèche est ouverte par l’impératif égalitaire, généralement, la réforme qui apaise et répare l’injustice suit. Les algériens, les tunisiens et les musulmans actuels, lorsqu’une brèche est ouverte, ils la rebouchent, ils la colmatent en édifiant à la place une masse de conjurations et d’impostures de toutes sortes, en oubliant même les possibles qui ont été écartés pour qu’une version de l’origine s’impose. La brèche s’ouvre mais la réforme tarde à venir.

Entre les revendications des femmes qui négociaient avec le prophète et celle de Taher Hadded, premier réformiste moderne à avoir aspiré, en 1930, à une égalité successorale, treize siècles se sont déjà écoulés. Quarante quatre ans après Hadded, Bourguiba a tenté une réforme en 1974 mais a été très vite dissuadé, suite à une fatwa l’incriminant, promulguée par Ibn Baz, le mufti saoudien officiel à l’époque . Actuellement, cette réforme est appelée par la Ligue tunisienne des droits de l’homme, les deux Associations citées plus haut (ATFD et AFTURD), quelques intellectuels comme Mohammed Charfi et Afif Lakhdhar. Mais un amendement du CSP dans ce sens ne semble pas à l’ordre du jour, puisque les décideurs politiques, le parti au pouvoir (Rassemblement Constitutionnel Démocratique), l’Union Nationale des Femmes tunisiennes ainsi que les partis d’opposition gardent le silence. Les islamistes, quant à eux, ont fini par reconnaître la valeur du CSP mais récusent l’égalité successorale. Une campagne contre la réforme successorale a même vu le jour dans des tribunes comme Assabeh et Tunisnews, avant même la publication du Plaidoyer en Août 2006.

Quels sont les arguments avancés contre cette réforme ? Je ne reprendrai pas l’argument tactique qui se fonde sur la traditionnelle logique des priorités, car il a été bien développé par le Plaidoyer.

Ce que l’on peut constater, c’est qu’il ne s’agit pas de véritables arguments, mais de mécanismes de défense qui tentent d’imposer des lignes rouges et de dérober des regards les idées devenues insupportables à notre époque.

Nous retrouvons d’abord cette stratégie discursive qui installe l’interdit de toucher au cœur de la pensée. L’égalité dans l’héritage serait une atteinte à la sensibilité religieuse des musulmans , une atteinte aussi à ce qu’on appelle vaguement « les intangibilités de l’islam ». Ainsi les femmes qui ont plaidé pour l’égalité successorale ne seraient même pas des femmes, mais des monstres asexués et des « extrémistes ». Elle ne sont pas habilitées à parler de la science des « Fara’idh » (droit successoral en Islam), car il y a des spécialistes de la question, formés par la Faculté de théologie.

L’interdit de toucher touche évidemment aux versets coraniques ayant trait à l’héritage et qui, nous dit-on, sont « clairs et catégoriques ». Pourtant que de versets clairs et catégoriques ne sont pas appliqués ni en Tunisie ni parfois ailleurs : ceux qui recommandent la loi du talion et les châtiments corporels, ceux qui interdisent l’usure (riba), ceux qui concernent les esclaves et qui sont simplement tombées en désuétude, tous ceux qui concernent les domaines de la législation autres que le statut personnel… ! Ce que protège l’interdit de toucher aux versets coraniques ne me semble pas se réduire aux versets coraniques.

La crainte de la non- application des versets coraniques masque d’autres craintes et d’autres objets qui semblent s’emboîter les uns dans les autres. Ce qu’on interdit de toucher est à priori le verset coranique. Mais ce que protège le verset coranique et porte en son sein, c’est le privilège masculin, c’est précisément l’institution familiale qui garantit l’héritage religieux donnant lieu au pouvoir temporel des hommes. Mais ce que le privilège masculin protège, dérobe et préserve, c’est la prédilection divine pour les hommes exprimée de la manière la plus claire dans le Coran.

Nous en arrivons à la deuxième série d’arguments qui sont, curieusement, partagés par les détracteurs et la plupart des défenseurs de l’égalité des sexes. Ces arguments reposent sur l’oubli organisé et le déni dont fait l’objet la chose la plus précieuse qui se trouve dans la plus petite des boîtes gigognes, c’est-à-dire le présupposé majeur de la prédilection divine pour les hommes. D’un côté, cette préférence est sciemment ou inconsciemment isolée de la question de l’égalité des sexes. On n’évoque pas la question des anciens statuts juridiques, on évite de citer les versets qui proclament la supériorité des hommes, on tord le cou à la langue arabe pour réinterpréter le principe de l’autorité des hommes. De l’autre côté, on déclare que l’islam a révéré la femme, pas seulement à l’époque du prophète qui a tenu compte malgré tout de la revendication des femmes, mais dans l’absolu, puisque le prophète est à la fois et paradoxalement le chef politique qui n’échappait pas aux contingences historiques et le chef exemplaire supposé y échapper. On affirme que la femme est l’égale de l’homme même si ses droits successoraux sont réduits à la moitié. On cultive l’art de loger à la même enseigne l’égalité et l’inégalité et on confond la logique de l’équité ou de la complémentarité et celle de l’égalité. On affirme que la femme hérite dans la plupart des cas plus que l’homme, en donnant des exemples où la fille hérite plus que son oncle, c’est-à-dire en interférant le degré de parenté et le sexe.

Par ces cafouillages et ce déni, l’amnésie est produite et entretenue, l’inégalité est maintenue active, comme un spectre revenant. Or c’est là où il y a oubli qu’il faut se remémorer. Se remémorer pour pouvoir inventer un autre oubli. Ce dont on produit l’amnésie est toujours essentiel, et l’essentiel qu’on essaie de recouvrir en récusant l’égalité des sexes ou parfois même en la défendant obscurément, c’est la lésion de la préférence divine, c’est la blessure du prix du sang de la femme qui ne vaut qu’une moitié de vie.

La question de l’héritage égalitaire se heurte donc à cet héritage impossible où l’histoire d’une femme croise l’histoire de l’origine dans un effarement muet qui fait que l’avenir tarde à s’ouvrir.

Raja Ben Slama.

12


Mere pyare Tahir |
Bienvenue Chez d!j@ |
L'ECLIPSE EST COMMENCEE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | imane0989
| Cadobbmuslim
| Neturei Karta - נ...