L’origine syro-araméenne du Coran

Un grand nombre d’expressions réputées obscures du Coran s’éclairent si l’on retraduit certains mots apparemment arabes a partir du syro-araméen, la langue de culture dominante au temps du Prophète.

par Claude Gilliot

En quelle langue le Coran a-t-il été écrit? Les philologues musulmans soutiennent une thèse théologique: l’écriture coranique, c’est la parole – et même la langue – « inimitable » de Dieu ; les expressions idiomatiques dont elle est en partie constituée sont pour eux comme autant de preuves de son excellence, bien plus de sa précellence. Pour les chercheurs occidentaux, en revanche, même s’ils sont parfois influencés par la thèse théologique musulmane, les particularités linguistiques du Livre font problème et entrent mal dans le système de la langue arabe. Afin de surmonter cette difficulté, plusieurs hypothèses furent proposées, selon lesquelles l’origine de la langue coranique se trouverait dans un dialecte – disons plutôt une « koinè (langue commune) vernaculaire » – de l’Arabie occidentale marqué par l’influence du syriaque, et donc de l’araméen.

Il faut savoir que l’écriture arabe n’était pas pourvue initialement des points diacritiques dont sont maintenant marquées certaines consonnes de son alphabet pour fixer la valeur exacte des signes consonantiques qui prêtent à confusion. Ainsi, le même ductus (tracé) consonantique pouvait se lire b, t, th (interdentale), n ou î long ; d ou dh (spirante interdentale) ; t emphatisé ou z emphatisé; ` (fricative laryngale) ou gh (r grasseyé de Paris) ; f ou q (occlusive glottale), etc. De plus, les voyelles brèves n’étaient pas écrites, et les longues ne l’étaient pas toujours. L’écriture était figurée par un simple support consonantique que, le plus souvent, on ne pouvait lire que si I’on connaissait déjà le texte. Des vingt-huit lettres de I’alphabet arabe, seules sept ne sont pas ambiguës. Dans les plus anciens fragments du Coran, les lettres ambiguës constituent plus de la moitie du texte. Le codex othmanien – ou réputé tel – du Coran n’était pourvu ni des voyelles ni des points diacritiques sur le ~ace consonantique. Cette lacune fut comblée – plus tard. Dans un ouvrage intitulé « Sur le Coran primitif- Eléments pour la reconstruction des hymnes préislamiques chrétiens dans le Coran », Günter Lüling s’attache a démontrer qu’une partie du Coran provient d’hymnes chrétiens qui circulaient dans un milieu arien avant Muhammad et qui ont été remaniés par l’intégration de motifs arabes anciens. Les thèses de Lüling furent passées sous silence par la plupart des islamologues et des arabisants ! L’essentiel de son entreprise repose sur une méthode intéressante qui consiste à corriger le diacritisme et le vocalisme de la vulgate coranique en s’appuyant sur des informations extra-coraniques, comme la poésie préislamique.

Sous le pseudonyme de Christoph Luxenberg, un autre sémitisant a publié « Lecture syro-araméenne du Coran – Contribution au déchiffrement de la langue du Coran » ; il prépare une version française de l’édition allemande. Le syro-araméen étant, au premiers temps de l’islam, la langue de culture dominante dans toute 1′Asie occidentale, il considère qu’elle a dû exercer un influence sur les autres langues de la région qui n’étaient pas encore des langues d’écriture. Nous ajouterons que La Mecque avait des contacts avec Hira, située dans le sud de 1′Irak actuel et siège épiscopal dès 410. De plus, selon certaines sources musulmanes, les habitants de Taef et les Qurayshites ont appris l’art d’écrire des chrétiens de cette ville…

Dans sa tentative d’élucider les passages linguistiquement controversés du Coran, Luxenberg opère avec rigueur : consultation d’un dictionnaire arabe classique et d’un commentaire coranique ancien, afin de vérifier si l’on n’a pas omis de tenir compte de l’une ou l’autre explication plausible proposée par des exégètes ou par des philologues musulmans. I1 cherche ensuite à lire sous la structure arabe un homonyme syro-araméen qui aurait un sens différent mais qui conviendrait mieux au contexte. Si cela ne se peut faire il procède à un premier changement des points diacritiques, qui, le cas échéant, auraient été mal placés par les lecteurs arabes afin de parvenir a une lecture arabe plus idoine. Si cette démarche n’aboutit toujours pas, il effectue un second changement des points diacritiques en vue de parvenir éventuellement à une lecture syro-araméenne, cette fois, plus cohérente. Si toutes ces tentatives échouent, reste à Luxenberg un ultime recours : déchiffrer la vraie signification du mot, apparemment arabe mais incohérent dans son contexte, en le retraduisant en syro-araméen pour déduire du contenu sémantique de la racine syro-araméenne le sens le mieux adapte au contexte coranique.

L’auteur parvient ainsi à élucider bon nombre d’expressions réputées obscures et à propos desquelles personne n’avait encore levé un coin du voile ! La moisson est abondante, et il conviendra dans chaque cas d’éprouver le froment qui en est issu ; mais, en de nombreux endroits, il convainc qu’il y a derrière le vocable ou le passage étudié une « variante » – disons une « origine » syro-araméenne, c’est-à-dire syriaque. On se bornera à donner un exemple pour illustrer la pertinence du travail de l’auteur. Il s’agit de cette crux interpretum qu’est la sourate 108 (dite « Al Kawthar », « l’Abondance »). On y a mis en romain les vocables qui font problème : « En vérité, Nous t’avons donne 1′Abondance. / Prie donc en l’honneur de ton Seigneur et sacrifie ! / En vérité, celui qui te hait se trouve être le Déshérité » (traduction de Régis Blachère). Plusieurs chercheurs occidentaux reconnaissent que cela ne fait pas sens. Les exégètes musulmans, eux, manifestent leur embarras ; la rime et le sens du « mystère » aidant, ils y voient pourtant une merveille. Finalement, la majorité d’entre eux considèrent qu’Al-Kawthar est le nom d’un fleuve du paradis !

Dans la lecture syro-araméenne de Luxenberg, cela devient: « Nous t’avons donné [la vertu] de la persévérance ; / Prie donc ton Seigneur et persiste [dans la prière] ; / Ton adversaire [Satan] est [alors] le vaincu. » A l’origine de cette courte sourate se trouve une liturgie syriaque, réminiscence de la Première Epître de saint Pierre (5, 8-9) d’après le texte de la pshitta (traduction syriaque de la Bible) et qui est aussi la lecture de l’office des complies dans le bréviaire romain.

Nous apporterons de l’eau au moulin de Luxenberg. En effet, selon l’un des scribes des révélations échues à Muhammad; Zayd Ibn Thabit, le Prophète lui enjoignit d’apprendre à écrire l’hébreu, l’araméen ou le syriaque. Pourquoi ne pas penser à un renversement de situation ? I1 aurait déjà su l’araméen avant la venue de Muhammad à Yathrib (Médine) ! Le théologien mutazilite Al-Balkhi rapporte que plusieurs spécialistes de la vie du Prophète lui ont affirmé que Zayd Ibn Thabit savait déjà l’une de ces langues avant que Muhammad ne vint à Médine.

Avant de devenir le texte que nous connaissons, le Coran est passé par des avatars, y compris en amont, par les informateurs de Muhammad, qui, à notre avis, reprennent de leur actualité après le travail de Christoph Luxenberg. Depuis quelques années s’affine en nous, à la lecture critique des sources, l’idée que le Coran est pour partie le fruit d’un travail collectif.

Afin d’obtenir plus de précisions, on peut consulter les éditions originales des ouvrages cités : « Die syro-aramäische Lesart des Koran – Ein Beitrag zur Entschlüsselung der Koransprache », de Christoph Luxenberg, «Das Arabische Buch», 2000 (2e édition revue et augmentée, Verlag Schiler, Berlin, 2004) ; « A Challenge to Islam for Reformation – The Rediscovery and Reliable Reconstruction of a Comprehensive Pre-Islamic Christian Hymnal Hidden in the Koran under Earliest Islamic Reinterpretations », de Günter Lüling (Motilal Banarsidass Publishers, Delhi, 2003 ; 1re édition allemande : « Über den Ur-Qur’an – Ansätze zur Rekonstruktion vorislamischer christlicher Strophenlieder im Qur’an ». Erlangen, 1974).

Claude Gilliot est professeur d’études arabes et d’islamologie a 1′Université de Provence. Dernier ouvrage paru : « Exégèse, langue et théologie en islam – L’exégèse coranique de Tabari » (Vrin, 1990).

4 commentaires à “L’origine syro-araméenne du Coran”


  1. 0 mahdjoub 10 déc 2009 à 16:29

    bonjour Monsieur Claude Gilliot, tout d’abord un grand merci pour l’article que je trouve excellent et en même temps je souhaiterais savoir si il existe une traduction en français de ces ouvrages afin que je puisse me documenter dans la mesure où j’écris un ouvrage dont un chapitre concerne le coran et ces versets que je ne trouve pas très claire et surtout qui se réfèrent à l’identique à la bible.

    je vous remercie par avance

    je suis à Marseille centre

  2. 1 ahmed amine 25 mar 2010 à 0:07

    Je vous remercie pour ce texte intéressant, en complément je vous
    propose un aperçu sur des travaux consacrés au texte coranique sur mon site,voici le lien directe: http://lechemindroit.webs.com/lecoranetloccident.htm

    Bonne continuation

    Amine

  3. 2 ahmed amine 25 mar 2010 à 0:09

    Je vous remercie pour ce texte intéressant, en complément je vous
    propose un aperçu sur des travaux consacrés au texte coranique sur mon site,son titre est: le coran et l’occident.
    Bonne continuation

    Amine

  4. 3 kamel 15 juil 2010 à 17:32

    salam …

    tout dabord je pense que pouir expliquer ou donner un sens a une sourate il faut la resituer dans le contexte ou elle a etè descendu par apport au evenements que vivais le prophete les versets etaient des reponses par appport au agressionss que vivais le prophete je parle des rabins juifs de lepoque qui denigrais le propheteet qui etait antithese les verst se voulais etredes preuves ayates pour les contrecarer cela me semble assez logique .pour reprendre lexemple que voua avez pris cet verst dela sourate el cawthar etait desendu au moment ou les juifs denigrais le prophete car il navais que des filles la sourate

    on tas donnè le kawthar… pris ton dieu et sacrifie pour lui..
    cest ton adverssaire qui es sterile

    commentez bien ces vereet dans quel cas la arabes fesais des sacrifices cest qun il ont des enfant males mais allah a abolit cet tradition
    je conseille tout chercheur de pas s’eloigner du vrais contexte
    asbab e nouzoul pour certain cawthar cest fatima el zohra et allah et plus savant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>



Mere pyare Tahir |
Bienvenue Chez d!j@ |
L'ECLIPSE EST COMMENCEE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | imane0989
| Cadobbmuslim
| Neturei Karta - נ...